Rénovations énergétiques : quelles sont les aides disponibles ?

Les aides à la rénovation énergétique sont des accompagnements financiers qui peuvent être octroyés à des particuliers et à des bailleurs sociaux en vue de leur permettre de réaliser des installations en conformité avec les normes énergétiques en vigueur. En plus des normes en vigueur, les aides à la rénovation énergétiques permettent de faire des installations qui ont un moindre impact sur la nature, qui vous offrent une utilisation de qualité et durable sans autant de manœuvres à orchestrer qu’au niveau des installations traditionnelles. Voici un article qui vous expose plusieurs aides à la rénovation énergétique.

Les aides à la rénovation énergétique : MaPrimeRénov’

MaPrimeRénov’ est une aide à la rénovation énergétique qui vient prendre la place du Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et l’aide de l’Anah Habiter Mieux. Il faut connaître les modalités de fonctionnement de chaque aide afin de bénéficier d’un accompagnement dans la rénovation énergétique.

Cette aide fait preuve de barèmes majorés spécifiques aux différents types de récipiendaires (les ménages aux revenus modestes et les ménages aux revenus très modestes). Cela permet d’apporter la plus grande aide possible aux ménages qui en ont le plus grand besoin. Il s’agit de la cumulation de plusieurs aides sous forme de subvention que l’Anah se charge de distribuer et qui est couplée avec la simplification de l’éco-PTZ afin de couvrir le reste à charge pour améliorer la prise en charge des dépenses de soutien pour la rénovation thermique.

Les primes reçues peuvent s’élever jusqu’à 10 000 €pour les travaux les plus performants. Avec le temps, MaPrimeRénov’ s’est muée en principale aide de l’État à la rénovation énergétique.

Les aides à la rénovation : Programme Habiter Mieux de l’Agence nationale de l’habitat (Anah)

Selon les destinataires des aides, le Programme Habiter Mieux de l’Anah se subdivise en trois volets. On distingue dans un premier temps les propriétaires occupants aux ressources modestes dont les revenus doivent respecter une marge à consulter sur le site de l’Anah, les propriétaires bailleurs et les syndicats de copropriétaires pour des copropriétés fragiles. Comme précisé un peu plus tôt, il s’agit d’un dispositif géré par l’Anah avec un accompagnement-conseil est une aide financière afin de couvrir un ensemble de travaux pouvant apporter un gain énergétique supérieur ou égal à 25%.

À partir de 2021, l’exigence énergétique est passée de 25 à 35%. Un tel dispositif revient à des propriétaires occupants dont les ressources se situent généralement entre 45 et 60% du montant total des travaux. Pour bénéficier d’une telle aide, il faut que le projet soit conforme à un certain nombre de conditions. Le projet doit porter une étiquette énergétique F ou G avant le démarrage des divers travaux. Dans un premier temps, les travaux prévus par le projet doivent permettre une amélioration énergétique globale qui atteint au moins les 35%. Ensuite, les travaux prévus par le projet doivent pouvoir garantir une évolution correspondant à un saut d’au moins deux étiquettes énergétiques, une fois achevés. En ce qui concerne les copropriétés fragiles, le programme prévoit une aide aux syndicats de copropriétaires des copropriétés concernées quand les travaux effectués garantissent une hausse énergétique supérieure ou égale à 35%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *